Des professions spécifiques mais

complémentaires

Kinésithérapeute et Psychomotricien

Orthophoniste et Psychomotricien

Psychologue et Psychomotricien

Kinésithérapeute et Psychomotricien

Quand le kinésithérapeute s’intéresse à la force musculaire, aux amplitudes articulaires et globalement à la mécanique du corps pour restaurer les capacités physiques de la personne, le psychomotricien s’attarde davantage à la dimension neuro-motrice, affective et cognitive du mouvement.

Le psychomotricien ne traite pas les troubles physiques (neuro-musculaires ou osseux) en eux-mêmes, mais la manière dont ces troubles s’expriment dans le corps.

Orthophoniste et Psychomotricien

Même si l’orthophoniste et le psychomotricien ont en commun de travailler sur les repères temporels et spatiaux, l’attention ou la mémoire par exemple, leurs approches sont différentes. Le psychomotricien va aborder ces problématiques sous l’angle corporel, alors que l’orthophoniste travaillera surtout sur la représentation « papier ».

Le psychomotricien intervient sur les pré-requis, les bases nécessaires à l’émergence de la pensée et à l’expression symbolique du langage (parole, dessin, écriture) mais sans traiter ou rééduquer les troubles du langage oral ou écrit, qui restent du domaine de l’orthophonie.

Psychologue et Psychomotricien

L’action du psychomotricien a certes un impact sur le psychisme, mais il n’agit pas directement dessus comme le fait un psychologue. Le psychomotricien se centre davantage sur le vécu et le ressenti corporel. Par ce biais corporel, il arrive que les mots se posent peu à peu et conduisent à une certaine compréhension des problèmes.

Le travail en psychomotricité est une voie privilégiée lorsque Dire n’est pas (encore) possible, et peut être une première étape vers une psychothérapie.